Nazis et collabos.

Nazis et collabos.

RUDOLF HOESS, LE COMMANDANT D'AUSCHWITZ.

 

Nazi de la première heure, Rudolf Hoess (ou Höss) ahdéra au parti nazi dès 1922 et intégra la SS en 1934. La même année, il commença sa carrière dans le système concentrationnaire nazi, en devenant le commandant de Dachau.

Le 27 avril 1940, il est nommé commandant d'Auschwitz, en Pologne, près de Cracovie. En 1941, avec l'invasion de l'URSS et l'afflux de prisonniers soviétiques, le camp doit être agrandi et Birkenau est construit. Il faut aussi construire un camp satellite, Buna, pour alimenter en main d'oeuvre servile l'usine de caoutchouc synthétique de IG Farben.

Puis, à partir de 1942, Auschwitz-Birkenau devint un camp d'extermination pour éliminer les juifs européens et les premières chambres à gaz sont construites. Plus d'un million de personnes furent gazées dont 960 000 juifs.

 

                   (Hoess, au centre, avec une cigarette. A sa gauche, le docteur Josef Mengele)

 

Après un bref passage dans l'administration centrale des camps, il est rappelé à Auschwitz, en mai 1944, pour superviser l'extermination des juifs de Hongrie.

A la fin de la guerre, Hoess se fit passer pour un officier de la Kriegsmarine et ne fut pas inquiété par les alliés. Mais, rapidement, les britanniques comprirent son rôle dans le génocide et il fut arrêté le 11 mars 1946. Lors du procès de Nuremberg, il témoigna sur son action génocidaire sous les ordres d'Heinrich Himmler.

 

 

Extradé en Pologne, il y est jugé pour son action à Auschwitz-Birkenau, en mars-avril 1947. Condamné à mort, il est pendu dans son ancien camp.

 

 

Ce qui dérouta les psychologues en la personne de Hoess, c'est que l'homme a l'air tout à fait normal, un bureaucrate zélé, marié, avec 2 enfants. Fonctionnaire consciencieux qui a participé au gazage de plus d'un million de personnes sans aucun remords, comme si tout cela était normal. Pendant sa détention, il écrira ses Mémoires où il tenta de se justifier qui furent publiés sous le titre, Le commandant d'Auschwitz parle. En 1952,  Robert Merle écrivit une biographie de Hoess dans La mort est mon métier, dans laquelle le romancier décrit un homme qui a tous les aspects de la normalité et qui devint l'assassin du siècle par zèle administratif !!

Sur les nombreux témoignages d'anciens détenus du camp d'Auschwitz-Birkenau, je vous conseille de lire "Je me suis évadé d'Auschwitz" de Rudolf Vrba, jeune juif slovaque qui réussit l'exploit de s'évader de cet enfer, en 1943.

 

 

 



01/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour